Chronique // Cap Nègre : Passat deman

par Thomas Baudouin

Cap Nègre – Passat deman
Label Modal – 1999

Passat deman, ce titre nous projette dans le temps, mais dans une direction inaccoutumée pour l’imaginaire collectif dès qu’il s’agit de chants traditionnels. Il signifie « après-demain » en occitan, littéralement « passé demain », avec cette préposition troublante qui évoque à la fois la traversée et ce qui est révolu. Autrement dit Passat deman est une enjambée, le passé sur nos talons et un pied tendu vers l’inconnu – pas même un « futur », plutôt un au-delà où tout est possible. C’est un fil tendu entre ces deux espaces temporels à la fois réels et intangibles, en suspension, comme un rêve. Paru en 1999, il s’agit du seul album de ce groupe, laissant l’auditeur dans l’expectative : un projet sans suite, nous mettant face à la responsabilité de nous approprier ou pas cette force qu’il contient, pour porter loin, au-delà de ce qu’on pense en savoir, un répertoire qui mérite a minima qu’on l’écoute dorénavant avec des oreilles curieuses. En tant que musicien, je suis au nombre de ceux à qui cet album a ouvert des voies nouvelles.

À l’écoute, on se rend vite compte que c’est avant tout un écrin finement ciselé pour le collectage et la voix de Pèire Boissière – un seul instrumental venant faire exception. Les deux autres musiciens, Christian Lanau et Alain « Kachtoun » Cadeillan ont pris le parti de rester au service de Pèire au travers d’arrangements tout en détails. Au final ça s’avère judicieux, on ne se perd pas en digressions. Christian Lanau, au violon, excelle dans la variation et joue parfois du coude avec la voix, sans jamais passer devant. Alain Cadeillan, par ses multiples instruments – cornemuse gasconne, cornemuse glass-note, hautbois, bendir, tambours d’eau, escoubophone, teppazarythme – et ses trouvailles sonores, élargit le spectre, et égale son compère dans la maîtrise de son jeu. Les instruments passent d’un rôle à l’autre sans complexe, jouant les thèmes avec une virtuosité peu courante à l’époque et adoptant sans difficulté une teinte plus onirique lorsqu’il s’agit de déployer des paysages sonores qui nous propulsent loin dans l’imaginaire. Vrombissements, nappes, boucles, contrastes des timbres, lutherie inventive, sont les outils de leur poétique. Solides et aguerris, tous deux ont été membres des mythiques Perlinpinpin Fòlc et préparent à ce moment-là le premier album Ausèths du groupe Ténarèze. Ils passent alors presque pour des extraterrestres dans le milieu des musiques traditionnelles.

Thomas Baudouin

 

________

Pour une anthologie discographique du trad’/folk !

Au Nouveau Pavillon nous souhaitons mettre un coup de projecteur sur l’incroyable richesse discographique de la jeune histoire du revivalisme trad/folk de France. On a tous lu dans les médias de la presse culturelle dominante des articles sur « Les 100 meilleurs albums du rock anglais », des sélections des « 50 disques essentiels de l’histoire du jazz ». Du côté des musiques traditionnelles de création, nada. Il est temps de remédier à cela !

Notre projet éditorial tente de mettre en lumière une sélection d’une cinquantaine d’albums qui ont artistiquement marqué l’histoire du revivalisme des musiques traditionnelles en France métropolitaine depuis l’après-guerre et en particulier depuis les années soixante-dix. Des disques qui ont à la fois fait avancer les choses par leur audace artistique, mais aussi influencé les générations d’artistes qui ont suivi. Aucun critère commercial ou de succès public n’a été retenu. Ainsi un album « confidentiel » peut être mis à l’honneur tandis qu’un album vendu à des milliers d’exemplaires peut être quant à lui volontairement mis de côté.

Pour nous aider à opérer cette sélection – qui est encore en cours de rédaction – nous faisons appel à des musicien.nes professionnel.le.s des musiques traditionnelles. Puis nous demandons à certaines d’entre elles et certains d’entre eux de chroniquer l’album, de faire partager leur passion pour ce disque. C’est cette dimension horizontale « échange de savoirs » qui fait l’originalité de cette publication.

La série d’articles est publiée sur internet mais elle pourra, le cas échéant, faire l’objet d’une publication écrite ultérieure dans quelques années. Vous allez pendant les mois à venir la découvrir au fil des publications bi-mensuelles sur notre site internet. Mais ici point de classement, juste l’envie de vous faire partager de la belle musique.

Bonne lecture ! Et bonne écoute !