Jullie Hjetland & Jens Ulvsand

Élégance et subtilité

Visuellement, l’album Ulvsand & Hjetland ne se fait pas remarquer. Une pochette plutôt commune ne suggère pas la richesse qu’il pourrait offrir… et pourtant, richesse il y a !

Jullie Hjetland et Jens Ulvsand travaillent ensemble depuis 2008, leur collaboration pour le disque Kryss les incitant rapidement à développer un duo. La jeune chanteuse et multi-instrumentiste aux origines danoises et norvégiennes Jullie Hjetland mêle alors sa magnifique voix au travail d’orfèvre du suédois Jens Ulvsand, pour aboutir entre 2012 et 2013 à cet album produit au Danemark.

Passé un premier morceau à la retenue timide, Jullie et Jens nous plongent dans un univers dense. Les musiques du Nord de l’Europe sont évidemment très présentes, qu’elles s’incarnent dans de magnifiques interprétations d’airs traditionnels ou des structures donnant aux compositions une profondeur appréciable.
Pourtant, nulle posture catégorique dans cet album, capable d’aller tout aussi bien chercher du côté des productions anglo-saxonnes : les similitudes avec une certaine jeune scène pop-folk (Julia Holter, Marissa Nadler…) peuvent s’atténuer dans un morceau pour devenir évidentes dans le suivant. C’est toute la capacité des musiciens du Nord de l’Europe à décloisonner leur travail qui s’illustre, sans excès, sans recherche de la moindre démonstration appuyée.

Côté instrumental, les cordes pincées sont omniprésentes : autoharpe, ukulélé, bouzouki sont épaulés par de discrets effets et boucles permettant de créer un paysage sonore d’une belle épaisseur. Le tout donne une impression de chaleur, de proximité, de son acoustique que l’électronique ne vient jamais écraser.
La voix de Jullie, quant à elle, ne peut laisser indifférent. Entre une retenue évitant le piège du consensuel et de rafraîchissants moments d’audace, son chant fait preuve d’une indéniable expressivité. La narration semble alors dépasser la barrière de la langue, comme sur Bodaibo, reprise d’un morceau du chanteur contestataire de l’ère soviétique Vladimir Vyssotski.

Les neuf pistes du disque composent un panorama varié, aux nuances se révélant progressivement, parfois après plusieurs écoutes. Les séduisants Mormor ou Tornado (tous deux compositions de Jullie Hjetland) le délicat Procession (de Jens Ulvsand celui-ci)… chaque morceau est l’occasion pour les deux musiciens de renouveler leur travail, sans jamais bouleverser la démarche initiale.

Non content d’être une excellente découverte, cet album affirme la promesse d’un beau concert lors de la soirée Voix de femmes réunissant Rozenn Talec et Lina Bellard, puis nos désormais fameux Jullie Hjetland et Jens Ulvsand. Rendez-vous est donc pris pour le 3 décembre…

Par Maël Hougron

+++ écouter leur dernier album